La ciguatera

La Ciguatera

 

LA CIGUATERA EST UNE INTOXICATION ALIMENTAIRE CAUSÉE PAR L’INGESTION DE CHAIR DE POISSON. ELLE AFFECTE CERTAINES DESTINATIONS TRÈS PRISÉES  (TAHITI, LA RÉUNION, NOUVELLE-CALÉDONIE, FIDJI, PUERTO RICO…)

1 - Origine de la Toxine

Pour comprendre l’origine de la ciguatera, il faut savoir que les coraux se développent là où les eaux sont chaudes, limpides et peu profondes. Or, ces coraux sont menacés par les fortes houles, les catastrophes naturelles comme les cyclones ou l’effet El Nino mais aussi par l’homme qui aménage le littoral de façon anarchique, rejette ses déchets en mer et pêche encore dans certaines zones avec de la dynamite ou du cyanure, ainsi que les usagers de la mer peu scrupuleux qui cassent le corail pour ramener un souvenir,ou en marchant dessus ou en jetant l’ancre de leur bateau au mauvais endroit pendant leurs “boat trips”…

Des algues microscopiques particulières appelées Gambierdiscus toxicus en profitent et colonisent les coraux morts. Ces algues qui produisent des toxines sont à l’origine de la ciguatera. Quand des poissons herbivores consomment ces algues, les toxines s’accumulent dans leur organisme. Puis les poissons carnivores qui mangent les poissons hervivores s’intoxiquent à leur tour. Plus on remonte dans la chaîne alimentaire, plus le poison est concentré dans la chair des poissons.

Par conséquent, les plus gros poissons sont les plus toxiques. Exemples: murènes, mérous, barracudas, poissons perroquets, vieilles, pagres…

 

2 - Localisation de la toxine



Les toxines s’accumulent dans les graisses, le foie et les viscères des poissons. La cuisson et la congélation n’altèrent pas ces toxines.

Plus la quantité de poisson consommée est importante, plus les signes cliniques sont sévères même si la sensibilité est variable d’un individu à l’autre.

 

3 - Les symptômes


Les symptômes apparaissent généralement 2 à 12 heures après ingestion de poisson ciguatoxique.

La ciguatera peut occasionner des signes généraux (asthénie, douleurs articulaires et musculaires mais absence de fièvre), des signes digestifs (vomissements, diarrhée, douleurs abdominales, …), neurologiques (maux de tête, fourmillements, vertiges), cardio-vasculaires (hypotension artérielle, ralentissement du rythme cardiaque).

Parmi les symptômes les plus classiques, on décrit des troubles de la sensibilité thermoalgésique avec inversion des sensations de chaud et de froid: on peut ressentir de la chaleur quand on nage en eau froide…

On peut aussi souffrir de fourmillements au niveau du nez, de la langue, de la paume des mains et la plante des pieds d’où l’autre nom donné à la ciguatera: la gratte.

Le traitement est symptomatique: médicaments contre la douleur (= antalgiques), contre les nausées, anti-diarrhéiques, antihistaminiques contre le prurit…

Les diarrhées profuses peuvent conduire à une déshydratation d’où l’importance d’une réhydratation adéquate per os ou par perfusion.

Dans les formes neurologiques graves, une perfusion intraveineuse de mannitol à 20% est utilisée. Dans les cas graves, la réanimation est symptomatique (perfusion, ventilation,…).

La guérison survient spontanément en quelques jours à plusieurs mois.

Je vous invite à consulter le dépliant ci-joint. ciguatera (676 Ko)

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site