Présentation du projet

Présentation du projet


Située dans le Pacifique Sud-Ouest, la Nouvelle-Calédonie se compose d’une île principale, la Grande Terre, des îles Loyauté à l’Est, de l’île des Pins au Sud, des îles Bélep au Nord ainsi que d’îles d’origine volcanique (Matthew et Hunter) et d’atolls.
 
Avec ses 23 400 km² de lagons et ses 8 000 km² environ de constructions récifales, cet écosystème corallien est tout à fait remarquable et représente l’un des plus variés et des plus vastes ensembles récifaux du monde.
 
De plus, la longueur du récif barrière continu de Nouvelle-Calédonie ceinturant la Grande Terre est estimée approximativement à 1 600 km et apparaît donc comme comparable à l’étendue des récifs de la Grande Barrière d’Australie.
 
Le récif corallien de Nouvelle Calédonie est reconnu par la communauté internationale comme étant un « hot spot » de la biodiversité planétaire, dans un excellent état de conservation et qui mériterait d’être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le projet d’inscription du récif corallien de Nouvelle-Calédonie sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO a été initié en 2001 par des associations locales de protection de l’environnement.
 
En 2004, le principe d’un projet d’inscription reçoit le soutien des assemblées provinciales, du gouvernement de la Nouvelle Calédonie et du sénat coutumier, soutien indispensable pour assurer le succès de l’initiative. Une nouvelle démarche de constitution d’un dossier a donc été entreprise en 2005 avec les conseils d’experts. Elle a abouti à la proposition de l’inscription au patrimoine mondial d’un « bien en série », conformément aux recommandations de l’UNESCO prises lors du sommet d’Hanoï en 2002. Le dossier présente ainsi une série de six sites représentatifs de l’ensemble des récifs de Nouvelle-Calédonie. Ce « bien en série » proposé à l’UNESCO sous le titre « les lagons de Nouvelle Calédonie : diversité récifale et écosystèmes associés » contient plus de 15 000 km2 de lagons et récifs, soit 60% des lagons de la Grande Terre et des îles Loyauté.
 
Cette proposition d’inscription a pour but de renforcer la reconnaissance internationale de la valeur exceptionnelle des lagons et des récifs coralliens de Nouvelle Calédonie, de favoriser la prise de conscience locale des enjeux de la protection du milieu marin, d’inscrire la Nouvelle Calédonie dans une démarche de développement durable reconnue et soutenue au niveau international et enfin de promouvoir l’image « nature » de la Nouvelle Calédonie pour favoriser un tourisme éco-responsable.
Le dossier d’inscription au patrimoine mondial des récifs coralliens a été présenté au comité des biens français du patrimoine mondial, réuni le 22 novembre 2006 au ministère de la culture à Paris. Ce comité a reconnu le travail considérable qui a été conduit en Nouvelle-Calédonie et s’est félicité de la dynamique initiée localement pour la préservation des récifs coralliens. Il a également donné à l’unanimité un avis très favorable pour que ce projet soit déposé par la France à l’UNESCO avant le 31 janvier 2007.
 
L’évaluation du dossier a été réalisée par M. Dan Laffoley, expert pour l’UICN, qui s’est rendu sur le territoire du 29 octobre au 11 novembre 2007. Il a ainsi pu constater l’adéquation entre la réalité du terrain et le dossier déposé à l’UNESCO en début d’année 2007. Une phase de dialogue est à présent ouverte entre les gestionnaires locaux et l’UICN. Elle se terminera en juin 2008, date de la prochaine réunion du Comité du Patrimoine Mondial pendant laquelle la décision d’inscrire ou non les lagons de Nouvelle-Calédonie sur la liste du patrimoine mondial sera rendu. Les efforts sont aujourd’hui tournés vers la finalisation des comités de gestion, le premier ayant été officiellement créé le 05 novembre 2007 dans la Zone Côtière Ouest, en présence même de Dan Laffoley.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site