3) Zone Ouvea & Beautemps-Beaupré

Zone d’Ouvéa et Beautemps-Beaupré

Carte des Atolls d’Ouvéa et de Beautemps-Beaupré


Les îles Loyauté actuelles sont d’anciens atolls soulevés, à des degrés d’émergence différents. Maré (138 m) et Lifou (104 m) sont d’anciens lagons d’atolls entièrement exondés et surélevés qui se caractérisent par des falaises abruptes sur une grande partie de leur pourtour. Tiga culmine à 78 m. Ouvéa, 46 m d’altitude en son point le plus haut, se caractérise par un vaste lagon d’atoll de 850 km². Au nord, Beautemps-Beaupré est un atoll beaucoup plus petit (120 km²) qui n’a que peu de terres émergées. Encore plus au nord, le récif Pétri, stade ultime de cette série est un atoll en voie de subsidence. Ouvéa et Beautemps-Beaupré sont donc des atolls ou bancs océaniques avec plusieurs récifs et îlots périphériques, plus ou moins séparés les uns des autres, bordant un lagon central. Ils sont isolés et ne reçoivent pas d’apport terrigène. Les eaux y sont plus transparentes qu’autour de la « Grande Terre ». Le nombre de faciès reste limité et, de ce fait, la biodiversité y est plus réduite.
L’archipel des Loyauté offre la particularité de ne comporter aucun réseau hydrographique de surface. L’eau de pluie pénètre donc en totalité dans le massif corallien jusqu’à rencontrer l’eau de mer, infiltrée latéralement, et sur laquelle elle vient former une lentille d’eau douce du fait de sa plus faible densité. Cette circulation des eaux pluviales est à l’origine d’une importante érosion karstique responsable d’un très vaste réseau de cavernes, de gouffres et d’avens, occupés par des eaux douces ou, en bordure de falaise, par des eaux marines (grottes anchialines).
 
Typologie récifale et habitat :


Vue aérienne de la pointe Nord d’Ouvéa

Avec une superficie estimée à 850 km², Ouvéa est le plus grand des deux atolls et le seul habité. Cet atoll océanique se caractérise par un grand lagon très ouvert sur l’océan, dont la profondeur moyenne est de 20 m, avec un fond incliné en pente douce et des falaises élevées sur toute la partie océanique au Sud-Est et au nord. Beautemps-Beaupré est considéré non pas comme un atoll mais comme un banc océanique. Ce banc océanique, en forme de triangle équilatéral de 8 milles de côté, est situé sur la ride des îles Loyauté, au Nord-Ouest de l’atoll d’Ouvéa. La profondeur du lagon ne semble pas dépasser la trentaine de mètres.
 
 
 
Biodiversité :


Vue aérienne d’Ouvéa

Les principaux groupes du macrobenthos sont, par ordre d’abondance décroissante, les mollusques, les annélides polychètes et les crustacés. Pour les pentes externes des pléiades du Sud, il faut citer la très grande densité des gorgonocéphales nocturnes (Astroboa nuda du groupe des ophiurides).
Sur le site de Lékine, avant tout connu pour sa falaise à encoche fossile, se trouve un marais de mangrove qui, à défaut d’être très original (forte prépondérance de Rhizophora sp.), est le seul des îles Loyauté.
Les peuplements de poissons lagonaires et récifaux d’Ouvéa ont fait l’objet d’une étude approfondie à partir de comptages en plongée et de pêches expérimentales à la ligne. A l’heure actuelle, 72 familles et 675 espèces de poissons côtiers sont répertoriées, parmi lesquelles 48 espèces n’étaient pas encore signalées en Nouvelle-Calédonie. Cette liste reste cependant incomplète. Il y manque notamment les poissons des herbiers, des mangroves et du récif extérieur. Il est peu probable que cette île abrite plus de 1 000 espèces côtières. Bien que les Loyauté abritent quelques espèces rares ailleurs en Nouvelle-Calédonie, l’endémisme à Ouvéa demeure plus faible que sur la Grande Terre.
 
Espèces emblématiques :


Raie manta

La faune de l’atoll d’Ouvéa présente quelques caractéristiques qui la différencie nettement de celle de la Grande Terre, pourtant proche. Les pléiades Nord et Sud sont des sites de pontes pour la tortue « verte » (Chelonia mydas). Au vu des informations collectées, la population de tortues « vertes » femelles pondant à Ouvéa doit être comprise entre 50 et 100 individus. Les eaux d’Ouvéa abritent, particulièrement en septembre et octobre, de grands rassemblements de raies Manta birostris ainsi que des densités encore respectables de plusieurs espèces emblématiques (napoléons, raies pastenagues, requins).
Au niveau des pentes externes, on rencontre de nombreuses gorgones fouet (Junceella eunicelloides) fixées et décorées d’abondantes crinoïdes. Ces pentes comportent des surplombs avec des organismes scyaphiles : stylasters, gorgones, alcyonaires de la famille des Nephtheidae, spondyles, éponges et autres ascidies.
En ce qui concerne l’ichtyofaune, Beautemps-Beaupré a la réputation d’abriter des populations importantes de poissons chirurgiens et de poissons perroquets ainsi que quelques espèces inconnues de la Grande Terre. Ces dernières sont de petite taille, souvent cryptiques et toutes peu abondantes.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×